Quelles solutions pour chauffer ses locaux industriels ?

Pour améliorer le confort du personnel, il est nécessaire d’équiper ses locaux industriels d’un système de chauffage. Cependant, il n’est pas facile de mettre au chaud un bâtiment à usage professionnel. Les lieux de travail sont généralement de grands volumes. Devant cette situation, il est judicieux de bien choisir les solutions de chauffage répondant aux exigences des locaux ouverts sur l’extérieur ou des ateliers de production mal isolés.

Pourquoi chauffer ses locaux industriels ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de savoir pourquoi équiper ses lieux de travail d’un système de chauffage adapté. Tout d’abord, mettre au chaud un local industriel n’est pas une option, c’est une obligation. Sinon, nombre d’employeurs pourraient refuser d’investir dans un chauffage pour locaux industriels, projet qui représente jusqu’à 30 % de la facture globale d’énergie d’un site industriel. Le Code du travail stipule dans son article R 4223-13 que les lieux fermés au travail doivent être chauffés durant la période de grand froid. Il faut ensuite que l’appareil de chauffage fonctionne de façon à maintenir une température appropriée aux travailleurs, sans donner aucune odeur incommodante. Vous êtes en quête d’un système de chauffage efficace dans le cadre de votre activité professionnelle. Avant de vous lancer, il faut savoir qu’il existe des normes à respecter : la norme NF X 35-203. Elle détermine les fourchettes de température acceptables selon l’activité des salariés et leur tenue de travail.

Les principaux modes de chauffage pour locaux industriels

En général, il existe trois modes de chauffage pour bâtiments à usage professionnel : convection, rayonnement et conduction. En ce qui concerne le chauffage par convection, l’appareil utilise l’air comme vecteur d’apport de calories. C’est le cas de l’aérotherme, un chauffage à air pulsé qui répond aux exigences du milieu professionnel : superficies importantes, environnements poussiéreux, qui requièrent plus qu’un simple chauffage d’appoint. Il s’agit d’un chauffage pour locaux industriels puisqu’il monte rapidement en température et peut mettre agréablement au chaud un bâtiment de grands volumes. Et comme l’aérotherme est doté d’un thermostat, vous pouvez contrôler la température selon les attentes des travailleurs. Quant au chauffage par rayonnement, il produit la chaleur par une onde infrarouge dirigée sur les objets et les personnes occupant le champ de rayonnement. C’est le cas des cassettes rayonnantes. En se référant à son mode de fonctionnement, ce système de chauffage permet de mettre au chaud des zones bien délimitées. Enfin, vous pouvez opter pour le chauffage convectif. Pour fonctionner, l’appareil chauffe l’air ambiant à partir de système de pulsion d’air chaud.

Comment bien choisir un chauffage pour locaux industriels ?

Vous décidez d’investir dans un chauffage pour locaux industriels dans le cadre de votre activité professionnelle, non seulement parce que la loi l’oblige, mais surtout pour améliorer le confort du personnel. Il faut savoir que tous les systèmes de chauffage ne se valent pas. Ainsi, il est judicieux de bien choisir votre équipement. Pour ce faire, choisissez votre chauffage en fonction de l’énergie disponible dans votre région : gaz, fioul, électricité, eau chaude, etc. Vient ensuite la puissance de chauffe de l’appareil. Pour vous aider, partez du principe : 1 m² nécessite en moyenne 100 W. Si vous souhaitez mettre au chaud un poste de travail de 100 m², vous devrez ainsi choisir un équipement d’au moins 10 kW. À noter que la puissance de chauffe d’un système de chauffage pour locaux industriels s’exprime en kilocalories (Kcal). Enfin, vous devez tenir compte des éléments et objets à ne pas chauffer ou surchauffer dans votre lieu de travail. Si vous avez des armoires électriques et des ponts roulants, vous ne devrez pas ainsi investir dans un chauffage par rayonnement.

Externaliser sa logistique : est-ce une bonne idée ?
Nettoyage industriel : un grand ménage soumis à des règles et des normes strictes